Les moulins sont menacés

Restauration de la continuité écologique : trois mots qui s’alignent, trois mots dans l’air du temps, trois mots qui cachent la disparition des derniers moulins à eau.
Relisons leur histoire. Les moulins à eau ont traversé les siècles, subi les guerres, les intempéries, les lois. Ils ont donné sens à la vie économique et sociale de notre pays. Les seuils et les barrages sur les rivières ont dessiné au fil du temps le paysage de nos villes et nos campagnes. Plus d'un sont tombés à ce jour. Mais nombreux sont ceux qui résistent pour leur sauvegarde et l’équilibre de l’environnement.
Debout, ils suivent le chemin tracé qui s’appuie sur l’observation et le bon sens.
Adourette, frétillante anguille des cours d’eau du pays des Landes, sera l’écho des actualités vertes et bleues.

Actualités - Manifestations

Une journée dans le Marensin Manifestations - 06-10-2014 Joie

En ce beau jour d'automne du 6 octobre 2014, les adhérents de l'Association de Sauvegarde des Moulins des Landes ont sillonné la région du Marensin à la découverte de moulins et d'ouvrages hydrauliques chargés d'histoire.


Voilà maintenant quatre ans que nous organisons ce type de journée récréative autour de visites de moulins et d‘ouvrages hydrauliques, changeant toujours de contrée, privilégiés que nous sommes par l’étendue et la diversité de notre département.

 

Cette année nous avons sillonné le Marensin, terre traversée le plus souvent en ligne droite pour rejoindre l’océan et ses plages sans prendre le temps d’apercevoir les trésors renfermés des magnifiques forêts primaires. Ici les pins sont rois depuis 2000 ans cohabitant avec les tortueux chênes liège.

 

Ce 6 octobre se prêtait à une narration au ton lyrique dont André Castède fit volontiers bon usage :

« Nous étions une trentaine pour répondre à l’invitation du Dr Jean Théodoly et de son épouse, plus familièrement appelés Théo et Dodie. Ils avaient organisé une journée pleine de surprises dans ce Marensin où ils vivent. Rendez-vous était donné devant la belle église de Magescq avec un soleil rieur qui nous accompagna toute la journée. Nous avons débuté très fort avec la visite du site du moulin de Labèque, propriété de Monsieur Jean Louis Cambon. Le moulin a été transformé en gîte au milieu d’un magnifique environnement qui mariait la quiétude et la beauté de sa retenue d’eau avec la majesté et la puissance des pins bordant ses rives. 

A ajouter à ce tableau, les animaux de ferme qui s‘égayaient dans le pré, oies  et canards sauvages sur l’eau. 

Nous avons quitté à regret ce lieu pour nous rendre au domaine de La Palue à Castets chez Mr et Mme Le Forestier pour la visite de leur petite centrale hydroélectrique. Une fois encore la beauté de l’airial de chênes centenaires et les imposantes bâtisses captaient nos regards émerveillés.

Midi trente sonnant, il était temps de nous diriger vers le moulin de Carremonge à Lesperon, guidés par Théo et Dodie. Une grande salle joliment décorée au dessus du moulin nous attendait pour partager nos pique-niques. Théo nous fit la surprise de cuire à la plancha des moules marinées pour accompagner un petit jurançon offert par l’association. Excellentes ces moules ! Chacun s’en souvient encore !  Les agapes finies nous visitions la turbine à l’arrêt, un regard envieux vers la vaste étendue de l’étang alimenté par une multitude de petites sources. 

Puis nous repartions en cortège vers la médiathèque de Castets où nous étions attendus par un adjoint au maire qui nous présenta la belle époque des forges de Castets : une exposition, une vidéo retraçant l’histoire de cette industrie à ce jour disparue. Une histoire de famille, la célèbre famille Boulard qui sut exploiter la force hydraulique sur des sites d’anciens moulins pour développer une économie en ce tout  début du XXème siècle. La journée s’acheva par la visite sur le terrain des derniers vestiges de forges. »

 

En 1808 le jeune maître des Forges d’Uza, François Dubourg découvre à Castets un site bien propice à l’installation d’un haut-fourneau et des forges. Le premier site ouvre en 1819 à Castets, le deuxième en 1828 à Ardy. L’extension des forges de Castets et Ardy se fait au domaine de la Palue dans les années 1831, le laminoir en 1836 et l’ensemble des maisons de maîtres et d’ouvriers dans les années 1840. En 1862 le petit fils de François Dubourg , Charles Boulard, achète les forges d’Abbesse. Les quatre établissements industriels du canton de Castets  emploient 1000 personnes. La production est très variée et comprend de la fonte, des pièces moulées pour les utilisations domestiques telles que le jardinage, cuisine, décoration. A la fin du XIXème siècle les activités de fonderie diminuent face à la concurrence de la Compagnie des forges et aciéries du Boucau. Le site de la Palue n’échappera pas à son destin et fermera à son tour en 1920.

Aujourd’hui Mr et Mme Le Forestier, née Boulard, ont fait installer depuis plusieurs années un petite centrale hydroélectrique sur l’ancien site des forges. La production d’électricité pourvoit au chauffage et à l’éclairage de leur immense demeure. 

 

Le Marensin est toujours une région riche de petits ruisseaux en eau toute l’année qui permettent d’alimenter régulièrement les retenues d’eau exploitées autrefois pour les forges.

 

Ce qui inspira à André Castède ce commentaire pour conclure cette journée : 

« Une journée très agréable, pleine de convivialité, très intéressante sur l’histoire de notre patrimoine landais. Mais en regardant les derniers vestiges de murs de la forge de Castets et en pensant bien-sûr aux attaques continues de l’administration pour l’arasement de nos barrages, il ne faudrait pas que nos derniers moulins subissent le même destin que les forges. La violence de la destruction ne conduira à aucune solution pour retrouver la qualité de l’eau. Que ce triste abandon nous donne la force de lutter !»


© 2014 Mentions légales
Association de sauvegarde des Moulins des Landes - Mentions légales

Ce site ainsi que son contenu sont la propriété de l'Association de Sauvegarde des Moulins des Landes, régie par la loi du 1ier juillet 1901 et ci-après dénommée "L'association".

L'association s’efforce de tenir à jour ,au mieux de ses possibilités, l’exactitude et la mise à jour des informations diffusées sur ce site, dont elle se réserve le droit de corriger, à tout moment et sans préavis, le contenu.
Toutefois, l'association ne peut garantir l’exactitude, la précision ou l’exhaustivité des informations mises à disposition sur ce site.
En conséquence, l'association ne saurait être tenue responsable pour toute inexactitude ou omission portant sur des informations disponibles sur le site, ainsi que des éventuels dommages pouvant résulter de modifications causées par une introduction frauduleuse sur le site par un tier.
Le contenu de ce site est fourni à titre informatif. L'existence de liens vers d'autres sites ne constitue pas une validation de ces sites ou de leur contenu. La responsabilité de l'association ne saurait être engagée quant aux informations, opinions et recommandations formulées sur ces sites tiers.
L'ensemble de ce site relève de la législation française et internationale sur le droit d'auteur et de la propriété intellectuelle, aussi bien en ce qui concerne sa forme (choix du plan, disposition des matières, moyens d'accès aux données, organisation des données...), qu'en ce qui concerne chacun des éléments de son contenu (textes, images...).
Toutes les reproductions, de tout ou partie de ce site, y compris pour les documents téléchargeables et les représentations iconographiques et photographiques sont formellement interdites sauf autorisation expresse d'un responsable de l'association. L'atteinte à l'un quelconque de ces droits est constitutif du délit pénal de contrefaçon (art. L 335-1 à 335-10 du Code de la propriété intellectuelle).



crédits
Association de sauvegarde des Moulins des Landes - Mentions légales

Conception et charte graphique
Damien "Chickendada" Guédon

lechickendada@gmail.com
06 77 27 22 69
www.chickendada.com

Réalisation et conception dynamique
Christian Plent
christian@plent.fr
06 20 98 05 32